On fait exploser les commentaires

C’est la bombe de la journée. Oubliez le plan vigipirate, oubliez les élections départementales, oubliez le tournoi des 6 nations, voici LA nouvelle quoisecoue le monde (au moins): Laurent Bourelly a fermé les commentaires sur son blog!

Ouais.

Bon.

Croyez-le ou non, alors que cette décision purement personnelle de gestion de son blog aurait pu faire autant parler que le cri d’une carpe se cognant une écaille au fond de la creuse, badaboum!
Hurlements d’une tranche de la population: « JE SUIS CHARLIE! » (Comprenez « Et la liberté d’expression alors? »). Cri d’une autre partie de la population: « JE SUIS GOOGLE! » (Là, ça signifie « Bien joué, tu n’as plus besoin de filtrer les spams »). Cri d’une troisième partie de la population: « LAURENT QUI? » (Pas besoin d’expliquer ce que ça veux dire). Et le reste qui ne crie pas écrit un peu partout son analyse. Ben moi, je fait partie de cette tranche (youhou!)

On attend encore l'avis de Chuck sur le sujet d'ailleurs

On attend encore l’avis de Chuck sur le sujet d’ailleurs

Déjà, soyons clair: ma première réflexion a été tant mieux pour lui. Après tout, c’est son blog, il en fait ce qu’il veut. En plus, tout le débat est gentiment parti sur Twitter et quelques autres blogs, soit ce qu’il propose dans son billet. En gros, son idée fonctionne, bien joué! Mais ce qui est bon pour lui, ça ne l’est pas forcément pour tous.
La démarche me semble intéressante dans son cas. Laurent, c’est quand même une petite notoriété dans le SEO. C’est un vivier de twittos qui le suivent, interagissent avec lui, pareil par mail/G+/Fb.
Il peut se permettre de fermer un système de commentaires qui n’est pas/plus optimal pour son lectorat, c’est pas ça qui lui fera perdre en visibilité ni en qualité de retour et débat (la preuve). Comme pour d’autres références du blogging, les interactions qualitatives se déroulent majoritairement hors du blog.

Par contre, je ne suis pas certain que la démarche aura la même réussite sur un blog jeune, ou avec encore un lectorat peu engagé.
Prenez mon blog par exemple. 50 lecteurs par mois et je suis déjà bien content. Un commentaire et je danse la macarena. Mais si je supprime la possibilité de commenter, je ne suis pas certain de beaucoup danser grâce aux retours des lecteurs… C’est une bonne chose pour les rétines de mes spectateurs, mais quand même.

macarena


En plus, il y a quand même un paramètre qui me freinerait à la place de Laurent: le suivi. Avec son système intégré, tout est directement sur son blog. Un peu (beaucoup) de modération pour filtrer les spams et les commentaires non pertinents, et roule Simone. Là, il se retrouve à faire une veille quasi constante pour chaque article… C’est pas un peu chronophage?

Donc supprimer le système de commentaires intégré pour le déporter sur les réseaux sociaux et les blogs des lecteurs, pourquoi pas, mais il vaut mieux avoir une organisation sans failles.

Bon courage Laurent!

 

Edit du 18/03

Comme Laurent m’a fait le plaisir de lire cet article, et surtout d’y répondre, ni une ni deux (mais trois ou quatre, la journée a été longue) , je re-répond. Et ouais, j’suis comme ça!

Déjà, précisons ma pensée. Je ne dis pas que le fait d’être connu rends la chose facile, mais bien que le fait d’avoir une communauté active te permet d’avoir plus de chance de trouver un impact positif à ton choix. Le fait que tes actions et réflexions soient considérées comme références par beaucoup peuvent présumer que ton test sera suivi et risque de faire des petits. C’est en cela que je disais que ta prise de position n’est pas forcément recommandée pour tout le monde.
De plus, je part également du principe que si tu prend cette décision, c’est quand même un risque mesuré à un moment donné. Que c’est le fait que tes interactions soient selon toi plus hors du blog que dans ton système de commentaire qui t’as amené à tester la fermeture, et pas juste un coup de tête.

Après, soyons honnête, mes stats de visite et de commentaires ne me remplissent pas de joie, loin de là. Mais la lucidité est là: un rythme de publication digne de l’encéphalogramme d’une huître, une ligne éditoriale que je pourrais qualifier de bordélique, mon espace est actuellement plus une friche qu’un champs de maïs efficace 😉 La volonté de trouver une visibilité, un engagement aussi fort que le tien, ça nécessite un investissement que je ne fait pas actuellement, et je sais que je dois me bouger pour monter mes stats. Et dans mon cas, avec une présence erratique sur les réseaux sociaux et sur mon blog, fermer un canal de communication potentiel avec mes quelques lecteurs ce serait me tirer une balle dans le pied.

Je ne l’ai pas dit précédemment, mais il faut dire que je suis également impressionné par le risque pris. Plus la position est haute, plus le moindre prise de position peut avoir des conséquences énormes sur l’activité. Avec en plus la veille à faire sur tes sujets, je pense que c’est vraiment couillu de te lancer là dedans, et c’est aussi pour ça que je te souhaite bon courage 😉

4 réponses
  1. Stephane 4h18
    Stephane 4h18 dit :

    Youhou (c’est pour répondre à ton youhou dans ton billet)…

    Bon, une fois passée les politesses. Je vais te te prendre ton argumentaire dans l’autre sens.
    Tu as 50 clampins, ok.
    Un commentaire, tu danses la macarena (ceci est un commentaire, je veux la vidéo de toi en train de danser !!).

    Bien. Maintenant, si tu vas un peu montrer le bout de ton nez sur les RS, que tu invites les gens à discuter avec toi, etc, bah, tu vas toucher un peu plus de monde, et le monde appel le monde.
    En attendant le commentaire, tu risques de t’ankyloser mon pote, faut aller les chercher les gens.

    Bon, ok, tout dépends de ce que tu souhaites faire de ton blog, on est d’accord.
    J’attends la vidéo désormais \o/

    Répondre
    • Etienne Cassiat
      Etienne Cassiat dit :

      On est d’accord Steph, comme je le dit dans l’édit, pour avoir plus de visite, faut plus parler du blog partout. C’est mathématique, mais j’avoue ne pas prendre le temps. Paradoxe personnel, faudra que j’y travaille 😉
      Pour la vidéo de la macarena, j’ai encore pitié des gens qui prennent le temps de venir ici, je garde ça pour moi pour le moment 😉

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] On fait exploser les commentaires chez Etienne Cassiat […]

  2. […] Etienne Cassat nous donne aussi un avis mitigé. Peut-être que je n’ai pas été assez clair, mais je ne recommande pas à tout le monde de fermer ses commentaires. Comme évoqué plus haut, j’adore donner mon avis chez les autres. Il faut vraiment prendre ma décision comme un acte militant. Si c’était purement une action de communication, j’aurais choisi autre chose qu’un attribut vital à mon blog. De plus, il ne faut pas croire qu’avec une certaine notoriété tout devient facile. Tu es ravi avec quelques dizaines de visiteurs et une poignée de commentaires. De mon côté, lorsque l’intérêt des commentaires est en baisse flagrante, cela devient un réel danger. Plus tu montes et plus tu es prisonnier d’une crise de croissance. Peu m’importe si on est d’accord ou pas avec moi, mais je ne peux pas me permettre d’être transparent. Je dois provoquer une réaction et je n’ai pas le droit de me relâcher. C’est cool de réussi un coup, mais arriver à répéter les opérations qui vont marquer les esprits n’est pas facile. C’est même carrément difficile. J’ose prétendre avoir réussi à faire passer quelques messages, qui ont fait bouger les choses. C’est ma plus belle récompense quand on m’annonce récemment qu’une agence connue à radicalement changé ses pratiques par peur que je lui tombe dessus. C’est un véritable extase quand on vient me voir que l’application du cocon sémantique a torpillé les SERPS ou que la triplette du bourrin a fait chier les développeurs, mais c’était la soupape qui a fait la différence. Avoir fermé les commentaires est un réel outrage, mais les conséquences me rassurent. On verra si les mentalités changent un peu, mais j’ai déjà ma récompense avec tous vos billets. Bien sûr que ça aurait pu me pêter à la gueule. Je pratique depuis assez longtemps la communication et le marketing pour savoir que rien n’est jamais garanti. […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *