Le défi oriental

Le très bon Cédric VIMEUX a lancé un défi à la blogosphère en général, et à ses lecteurs en particulier: écrire un article (inspirant) en relation avec cette histoire (tout aussi inspirante), dans sa propre thématique de blog.

Ma thématique étant très simple (me faire plaisir et vous faire plaisir), je n’ai pas pu m’empêcher de me frotter au défi.

La base du défi

L’histoire est simple:

L’Empereur du Japon visitait ses provinces.

Un jour, il arriva dans une ville, et vit une cible avec une flèche en son centre. Il se dit que l’archer qui avait tiré avait fait un joli coup.

Quelques mètres plus loin, il vit une nouvelle flèche en plein coeur d’une cible. Et quelques mètres plus loin encore, une troisième. Puis une quatrième.

L’Empereur voulut alors savoir qui était l’extraordinaire tireur qui plantait ainsi chaque flèche en plein coeur des cibles…

Mais lorsqu’il demanda, on lui répondit :

« Oh non, laissez tomber. Ce type est un idiot !

– Comment cela « un idiot » ? demanda l’Empereur. Comment un tel archer pourrait-il être un idiot ?

– C’est très simple, lui répondit-on. Il tire la flèche au hasard, puis il dessine la cible autour seulement après ! »

A partir de là, trouvons une interprétation!

Mon interprétation

Et si c’était en fait de l’auto-motivation de l’archer, et qu’il n’a en fait dessiné qu’une seule cible autour de sa flèche?
Certaines personnes fonctionnent à la reconnaissance et au moral. En ratant régulièrement la cible, l’archer y arrivais de moins en moins, et n’avais plus la motivation pour s’entraîner.
Mais une fois la première cible dessinée, les habitants l’ont sûrement félicité pour la réussite, ignorant le subterfuge. La confiance revenue, l’archer a alors redoublé de travail et a pu devenir un archer hors pair.
Mais une personne a pu voir ou apprendre que la première flèche était un leurre. Il a alors douté de la réussite de toutes les suivantes. C’est ainsi que l’archer s’est fait une réputation de tricheur, qui arriva à l’oreille de l’empereur.

Les moralités sont multiples:

  • Prenez garde à ce que vous faites pour arriver à vos fins. Une seule erreur peut vous bâtir une mauvaise réputation, qui vous portera forcément préjudice.
  • Attention à ce qu’on vous raconte. Une mauvaise réputation peut être erronée, ou au moins tronquée. Si vous le pouvez, vérifiez au maximum vos informations, une bonne ou une mauvaise réputation peuvent être dues à un malentendu…

Et pour le reste, je vous reporte à la chanson de Brassens, La mauvaise réputation

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *